Prochain livre (Santiago 9/11)

Comment j’utilise Evernote pour la création d’un livre

Comment j’utilise Evernote pour supporter le processus de création d’un livre. Deux de mes passions convergent dans cet article : l’écriture et la productivité assistée par le web, autrement dit l’usage intelligent d’outils appropriés pour se simplifier la vie et accélérer drastiquement des tâches quotidiennes.

/ No comments

Comment j’utilise Evernote pour la création d’un livre

Comment j’utilise Evernote pour supporter le processus de création d’un livre. Deux de mes passions convergent dans cet article : l’écriture et la productivité assistée par le web, autrement dit l’usage intelligent d’outils appropriés pour se simplifier la vie et accélérer drastiquement des tâches quotidiennes.

/ No comments

Santiago 9/11 – Incipit

La lumière arriva en dépit des poignards. Un rai dardant fusa jusqu’à l’œil de Rubén, qu’il ouvrit aussitôt. Encore un matin alourdi des excès de la veille. L’aube envahit la cabane comme on allume la lumière, en filaments froids de soleil effiloché. Rubén frissonna, emmailloté dans le mauvais alcool de la veille qui lui frappait l’intérieur du crâne en rythme régulier.

/ No comments

Santiago 9/11 – Incipit

La lumière arriva en dépit des poignards. Un rai dardant fusa jusqu’à l’œil de Rubén, qu’il ouvrit aussitôt. Encore un matin alourdi des excès de la veille. L’aube envahit la cabane comme on allume la lumière, en filaments froids de soleil effiloché. Rubén frissonna, emmailloté dans le mauvais alcool de la veille qui lui frappait l’intérieur du crâne en rythme régulier.

/ No comments

Un prologue chilien

Neruda chante le Chili et l’élève à l’universel ; il célèbre sa nature, le vent d’autres automnes, la majesté des arbres contre la neige ; il loue le trésor vert, l’Amérique forestière, ronce sauvage entre les mers, il implore l’animal, l’oiseau, le fleuve, la roche, comme nul ne l’a fait ; chacun de ses vers est un acte de foi.

/ No comments

Un prologue chilien

Neruda chante le Chili et l’élève à l’universel ; il célèbre sa nature, le vent d’autres automnes, la majesté des arbres contre la neige ; il loue le trésor vert, l’Amérique forestière, ronce sauvage entre les mers, il implore l’animal, l’oiseau, le fleuve, la roche, comme nul ne l’a fait ; chacun de ses vers est un acte de foi.

/ No comments