Quel avenir pour le portail gouvernemental ? – Partie II

Cet article fait suite à l’introduction disponible ici.

L’avenir du portail institutionnel

Dans le cadre de la livraison d’un service public en ligne, la notion de portail public conserve tout son sens, en dépit de tendances qui en modifient légèrement les contours. Nous avons, dans l’article précédent, posé l’hypothèse d’un double mouvement parallèle de concentration des contenus et des accès, et de fragmentation des services. Cette tendance se confirme également par diverses études, explorant de différentes manières l’avenir des services publics en ligne, et notamment les travaux de Gartner (1), dans lesquels nous retrouvons les deux forces centripètes et centrifuges dont nous parlons dans cette introduction.

Plus de canaux

Le cabinet Gartner, à travers deux études, explique que la notion de portail national tendra à s’effriter au profit d’une fragmentation du service. Les citoyens agiront tels des consommateurs d’information et de services au travers d’agrégateurs et de réseaux sociaux. Le rapport mentionne : « The first-stop shop for almost anything on the Internet is a search engine, a personal home page, or a preferred home page that matches the consumer’s needs and interests. This type of home page is likely to be provided‚ not by a government organization, but by an Internet player (such as Google, Yahoo or MSN), a media company (such as CNN or The New York Times), a telecom operator (especially for mobile devices), an investment firm, a parent association or a golf club. » Ces canaux sont ceux qui sont effectivement utilisés actuellement pour trouver les services et contenus qui les intéressent, et Gartner prédit que les citoyens s’attendront, à court ou moyen terme, à y retrouver également des services e-gouvernementaux. Gartner conclut ainsi que les gouvernements devront s’assurer que leur information, services et applications seront accessibles à travers une variété de canaux différents, dont certains peuvent ne pas être directement contrôlés ou détenus par l’état.
Web services : « Consumerisation of Governments »

Gartner identifie le plus haut potentiel pour l’e-gouvernement dans le transfert d’une architecture orientée service vers une architecture orientée Web (Web-oriented Architecture, ou WOA). Par WOA, on entend principalement les Web Services réutilisables et les mashups. Gartner encourage le formatage granulaire de l’information, de façon à la rendre mashable et réutilisable par des tiers. Le rapport indique également que les données devraient être accessibles à des entités non-gouvernementales (Open Data).
Les mashups, REST et les autres technologies Web Services (ce que Gartner appelle le « Midoffice ») sont très appropriés pour l’e-gouvernement, en réponse à la granularisation des services et l’effacement progressif des points de contacts uniques. On pourrait appeler cette tendance « Consumerisation of Governments ».

Epuration fonctionnelle des portails

Nous avons conçu une série de grands principes directeurs (drivers) qui président à une tentative de définition des portails du futur. Pour les présenter, nous partons des fonctions principales qu’ils seront amenés à remplir.

Fonction #1 : faciliter l’accès et orienter (fonction dite « Gateway ») – Une des principales fonctions de base du portail public du futur consistera à fournir l’accès le plus rapide, le plus facile et le plus cohérent au contenu ou à l’application pertinente pour le visiteur. C’est ce que nous appelons la fonction « Gateway », que le portail usa.gov remplit déjà partiellement. Afin de remplir ce rôle, différents moyens seront déployés, dont le plus intéressant sera sans doute la personnalisation des interfaces par et pour le citoyen. Une des façons de rendre le gouvernement plus accessible et plus transparent est de s’assurer que le contenu est pertinent pour tous et chacun. Adapter les interfaces à ses besoins et profil (contenu, langue, applications, informations locales, etc) est plus efficace que naviguer à travers un tissu de liens Web à la taxonomie commune. Dans le même ordre d’idée, le moteur de recherche, aux algorithmes avancés, sera placé au centre des interfaces graphiques, comme la clé principale d’accès au contenu.

Fonction #2 : dispenser l’information officielle de base – La compilation, puis l’entretien de tous les contenus officiels au sein d’un portail central constituent un effort gigantesque. Par ailleurs, une grande majorité des contenus sont redondants avec l’information dispensée par les sites spécifiques (ministères, agences, services, etc). Le portail national aura pour fonction de dispenser l’information officielle de base, le tronc commun, celle qui ne se retrouve pas ailleurs, ou pas sous cette forme, qui est au-dessus des entités, ou qui les traverse (et outre le contenu statique, certaines applications propres à l’état central seront également prises en charge). Les technologies Web actuelles facilitant la portabilité des contenus (RSS, XML, mashups, widgets, etc) seront utilisées pour importer le contenu spécifique ainsi que toutes ses mises à jours ultérieures.

Fonction #3 : importer automatiquement les contenus spécifiques – Le portail du futur, s’il choisit de dispenser en son sein une information complète, ne prendra pas la responsabilité de la compiler et l’entretenir ; tous les contenus spécifiques (autres que le tronc commun) et leurs mises à jour (effectuées par les services concernés) seront importés automatiquement au sein du portail central. Une autre option consistera à ne proposer que des liens vers les sites en question, comme cela se fait déjà sur plusieurs portails étudiés.

Fonction #4 : importer automatiquement les applications spécifiques – Le portail public central ne prendra pas la responsabilité du développement, de l’infrastructure et du support des applications e-gov et des services en ligne. Cependant, il les importera au sein de son interface, en en centralisant l’accès et en les formatant de façon cohérente. Les applicatifs eux-mêmes seront hébergés au sein des infrastructures « locales », et importées, c’est-à-dire reproduites, en miroir, sur le portail central. Les applications seront également accessibles à partir des sites locaux (sans bénéficier des avantages du portail, comme le single sign-on, le style commun et l’accès centralisé). Une nécessaire instauration de standards technologiques et de lignes de conduite devra être mise sur pied afin de permettre l’interconnexion entre les applications et la flexibilité des imports, même si les évolutions techniques du Web autoriseront de plus en plus la jointure de formats hétérogènes. Dans la foulée, les domaines séparés (my.portal, my.belgium.be, Mon Service Public.xx) vont disparaître au profit de l’adresse URL centrale (wallonie.be). En d’autres termes, la frontière entre les fonctions de propriété (OWN) et de partage (SHARE) va se flouter de plus en plus pour finir par disparaître complètement, grâce à la transparence offerte par les évolutions de la technologie Web.

Fonction #5 : centraliser les accès sécurisés (Single Sign-On) – Grand avantage du portail du futur, le single sign-on permettra à l’utilisateur de s’identifier une fois par accéder à tous les services en ligne et à toutes les applications. Ceux-ci seront toujours accessibles à partir des sites locaux, mais y requerront une identification spécifique ou, plus probable, un login à partir du portail central, ce qui précipitera le désintérêt d’une connexion locale. En d’autres termes, le portail ne gérera pas les applications, diversifiées et éparpillées, mais offrira un accès commun à l’ensemble d’entre elles.

Fonction #6 : instaurer une cohérence visuelle et ergonomique – Réceptacle des contenus et applications distantes, le portail leur affectera une couche stylistique propre et commune, disposant une couche de cohérence globale sur des éléments disparates et éventuellement anarchiques en termes de graphisme, de style ou de taxonomie.

Fonction #7 : assurer la visibilité du service public – La fonction de communication et de promotion incombera également au portail central. A l’instar de ce que prend aujourd’hui en charge le portail usa.gov, le portail national du futur se chargera du marketing de l’e-service public en général : optimisation pour moteur de recherche (SEO), investissement des médias sociaux, promotion des contenus et des applications (content sharing, portabilité, RSS, widget, etc). Sa fonction de centralisation « virtuelle » d’éléments distants lui confèrera également la responsabilité d’une promotion centralisée.
Le schéma ci-dessous tente de reproduire la simplicité du modèle.

Centralisation des contenus et des accès
Le marché des portails Web est un marché de standards, dont les plus répandus sont les Java Portlet Specifications JSR 168 et sa version 2.0 JSR 286, ainsi que le WSRP 2.0 (Web Services for Remote Portals 2.0, actuellement en cours de spécification), qui régularisent l’import et le traitement de contenus et applications distants au sein de l’interface. Il s’agit alors de Portlets (ou WebParts chez Microsoft). L’évolution technologique affectée à ces standards confèrent au portail un vrai statut d’agrégateur de contenus et applications distantes, en permettant de les concentrer en un endroit centralisé et personnalisable.
Au niveau des accès, l’exemple d’OpenID est assez révélateur de la tendance.  Il s’agit d’un système d’authentification décentralisé qui permet l’authentification unique, ainsi que le partage d’attributs. Il permet à un utilisateur de s’authentifier auprès de plusieurs sites sans avoir à retenir un identifiant pour chacun d’eux mais en utilisant à chaque fois un unique identifiant. Même si l’adoption est encore lente, la volonté du marché d’en adopter le principe est claire : en janvier 2008, Yahoo a adopté ce standard pour ses 250 millions d’utilisateurs. En juillet 2008, c’est au tour de MySpace. En décembre 2008, c’est Dailymotion. En mai 2009, c’est Facebook. En outre, la Fondation OpenID a accueilli IBM, Microsoft et Google au sein de son conseil d’administration. Cette tendance illustre la standardisation croissante des accès à des interfaces multiples, et la volonté de réduire les points de contrôle en se basant sur un réseau d’acteurs de confiance. Cette approche est en phase avec la structure globale formulée dans notre hypothèse : les sites d’e-gouvernement spécifiques et décentralisés, s’ils déploient des contenus et applications eux-mêmes de façon autonome, bénéficie cependant de la confiance du portail public qui les chapeaute, et permettent à ses utilisateurs d’y accéder au départ de celui-ci.

Distribution des services

L’explosion du Web 2.0 est également un facteur de dynamisation du marché. Presque toutes les solutions en adoptent les principes de prise de contrôle de l’utilisateur final, de flexibilité de création, gestion et partage de l’information. En les important dans le produit, le portail est le cheval de Troie qui permet d’importer les principes 2.0 au sein des organisations. En parallèle, l’adoption d’initiatives BPM (Business Process Management) et SOA (Service-Oriented Architecture) favorisent l’utilisation du portail, véhicule idéal de ces concepts vers les utilisateurs finaux.

Tous les acteurs du marché du portail, à l’exception de SAP, ont déjà intégré dans leurs solutions des fonctionnalités dites 2.0, favorisant l’ouverture des frontières, la portabilité des données et la connexion interface entre différents outils. Toujours selon les prédictions de Forrester, les organisations vont adopter massivement le Web 2.0 au travers d’interfaces SaaS (Software as a Service), régénérant la notion de portail Web autour des notions de collaboration (wiki), de conversation (blog, réseau social), et d’ouverture des données (RSS, mashup). Le cabinet prédit également que les flux RSS vont prendre de plus en plus d’ampleur, favorisant ainsi la portabilité des contenus, voire des données issues d’applications transactionnelles. Dans le même ordre d’idée, les mashups vont, selon Forrester, s’améliorer et s’élargir pour offrir une véritable valeur ajoutée.

Selon Oracle, « Today, enterprise portals have moved beyond simple integration frameworks to embrace the user in a way no other enterprise application has done before. Instead of just presenting information, modern portal technology allows end-users to be part of information creation and sharing. In the future, it is likely that that the IT and business climate will change again as the next hot technology or approach hits the market. While it is difficult to predict what that will be, it is easy to predict that portals will be there and likely be the first to adapt, evolve, and utilize that new approach to push companies forward. »

(1) – The E-Government Hype Cycle Meets Web 2.0, Andrea Di Maio, Gartner, 2 October 2007, et Government and Web 2.0 : The Emerging Midoffice, Gartner, Andrea Di Maio, 26 September 2007.

Leave a Reply

*