Seraing-le-Chtu

J’habite un petit village hesbignon fort agréable, comme j’ai déjà dit, perché sur le haut de la vallée de la Burdinale, situation que d’aucuns aïeux avaient déjà prise pour stratégique puisqu’un château médiéval y fût bâti, offrant au hameau son toponyme qui désormais le distingua de sa cousine industrielle. Aujourd’hui, le fier donjon n’est plus que ruines ensevelies sous une végétation déchainée, navrante infortune qui abîme autant la pierre que la bourgade : c’est son nom même qui se déracine. Bientôt il n’en restera que des vestiges, et c’est à « Seraing-le-Chtu » que j’habiterai, avant de n’être plus que « Seraing », l’édifice ayant alors totalement disparu sous la négligence des édiles communaux. Or cette amputation n’affectera personne car, de village isolé il ne sera plus question, l’urbanisation galopante de la métropole liégeoise ayant englouti la jolie ruralité des lieux dans sa course effrénée – et elle a d’ailleurs commencé par l’érection d’effrayants centres commerciaux là où paissaient tranquillement quelques génisses il y a peu de temps encore.

One Comment

  1. thzor

    ah dis donc, c’est près de chez moi..
    il y a 6ans j’ai tenté de savoir si ce vestige était à vendre, jamais je n’ai pu avoir de réponse, et même le bourgmestre ne savait pas trop a qui s’adresser..

Leave a Reply

*