Transferts Sud-Nord #2 : l’imam iranien

Fiers citoyens de Maasmechelen et du reste du Limbourg, une fois n’est pas coutume, mais je vous dois de plates excuses. En effet, si vous êtes contraints d’interrompre vos barbecues un dimanche de juin prochain pour aller à nouveau désigner vos élus, c’est de ma faute. Tout est de ma faute. Enfin, pas tout, mais presque. Laissez-moi vous expliquer depuis le commencement.

La séparation de l’église et de l’état, pourtant ratifiée il y a plus d’un siècle, ne semble pas encore avalée par quelques déglingués de l’encéphale, et notamment par cet imam iranien, l’ayatollah Kazem Sedighi, qui, vous ne l’ignorez pas, prêcha récemment que la tenue légère des dames exerçait une substantielle influence sur le déclenchement de séismes et autres tsunamis. Sans esquisser le moindre sourire, ce ministre d’Allah renchérit en affirmant, hiératique et péremptoire, que les relations sexuelles illicites augmentaient le nombre de tremblements de terre. Comme je vous le dis, aussi sec, en arabe dans le texte.

Ce que je suis, en revanche, prêt à reconnaître, c’est que la multiplication des relations sexuelles illicites provoquerait en moi quelques remous et tremblements binaires, mais je doute que ces émotions aient un quelconque effet sur la couche d’ozone ou la tectonique des plaques.

Or, chers amis du nord, ce qui est irréparable, c’est l’impact que cette invective a sur ma vie quotidienne. Quand, attablé en terrasse à siroter un thé glacé, j’avise une donzelle à la courte jupette passer sous mon regard placide, je m’effraie à penser que cette vision provoque une nouvelle éruption d’un volcan islandais, et prive ainsi un millier de touristes d’un juste retour au foyer. Quand, traversant les campagnes, je darde mon oeil concupiscent sur la douceur accueillante d’un nombril s’offrant au soleil hesbignon, je visualise une mégalopole thaïlandaise disparaître sous le flot d’un ras de marée. Quand, surprenant deux rhétoriciens à se manger la langue appuyés sur un arrêt de bus, je provoque la chute du gouvernement belge. La voilà, ma croix. J’aperçois, du coin de l’oeil, un jeune couple s’échanger les chewing-gums, et un malheur s’abat sur le pays. Honte sur moi, patricide irréfléchi, la septième plaie de Belgique fond sur nos peuples.
Depuis ce jour, ma vie est un enfer.

Depuis ce jour, je fais chambre à part.

Je refuse d’être la cause de la mort de mes semblables : je préfère attendre, immobile, l’extinction de l’espèce. Plus de tenues légères, plus de paires de seins, plus d’accouplements illicites, plus de Dieu, plus d’Allah, plus rien. Car si l’on poursuit dans cette voie sacrilège, la fin du monde effectivement arrivera, mais ce ne sera pas du fait de la beauté des femmes ou de l’attirance entre les êtres, non, ce sera d’un chapelet d’explosifs noué autour des hanches d’un fidèle zélé.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Leave a Reply

*